“Les affranchis du sort”

Préface
Les conquérant(e)s de la vie
De la lecture de ce livre, les affranchies du sort, je retiens cette idée force que l’auteur met en avent : l’humanité. Une humanité de dépeint bien la journaliste de talent, Agnès Kraidy. Cette humanité est faite de pans de vie de celles et ceux qui n’avait, a priori, pour seule alternative de survie que d’être à la charge des autres.
Ils auraient pu renoncé à se battre, renoncer à tout ; mais ils ont fait le choix de dire non à la résignation. Avec détermination, ils ont décidé d’être des handicapes de la vie.
Comment ne pas saluer cette œuvre du cœur et de l’esprit qui donne à cette humanité une place de choix et présente des exemples de volonté a célébré ! ces portraits, largement représentatifs du discourt que contient ce recueil, entretiennent entre eux un lien : servir d’exemple à suivre. Ce sont de tous ces affranchis du sort dont parle l’ouvrage. Il était bon d’entendre ces voix, avec leur témoignage édifient, bouleversant et, par-dessus tout, stimulants. Tout comment de découvrir ces visages, d’écouter leurs discours qui nous parlent et nous interpellent. C’est cette humanité qui ne renonce jamais que chante se beau livre. Avec des mots qui donnent à voir la force de vaincre, le besoin d’une affirmation qui puise toute son énergie dans la capacité d’extraordinaire de ces femmes et de ces hommes qui ont su transformé leur handicap a moteur de vivre.
Merci à Agnès kraidy de nous les faire découvrir, d’avoir su recomposer et retracer le long chemin qu’il leur a fallu parcourir, individuellement, pour y arriver.
Amadou Gon Coulibaly
Premier ministre
République de côte d’ivoire

Postface
Merci de nous réhumaniser
Dans l’épopée mandingue, celle connue depuis Djibril Tamsir Niane, c’est Soundjata Keita, l’enfant perclus, donc handicapé qui déracine d’un bras un baobab, cet arbre mythique indéracinable qui résiste au temps que chante tant et tant de griots.
Ni chantre, Ni dépositaire de la tradition, elle a tenue, Agnès Kraidy, journaliste émérite, apporté à hauteur de lumière des femmes et des hommes que l’on peut être en droit de considérer comme tels, c’est-à-dire des handicapés qui ont refusé d’être handicapés par leur…handicap.
Héros soundjatiens, ils ont pu, grâce à leurs vies : vies d’avocat défendant les faible et les forts ; de chanteurs soulevant foules d’admirateurs de leurs belles voix et mélodies ; de médecins soulageant et conseillant ; de chefs d’entreprise, donnant corps à leurs projets ; d’hommes de DIEU, guidant les voyants, eux les non-voyants, dans la lumière de leur foi ; d’hommes politiques parcourant les hameaux, sans complexe ; d’athlètes glanant médailles et médailles…
Ce sont ces héroïnes et ces héros, noyés dans le monde des sois disant (bien portant) mais en réalité des handicape de cœur en manque d’humanité, que nous rencontrons dans ce livre. Des portraits comme des éclats de vies que le sort confinait à l’abandon, au désespoir voir à la mendicité.
Il faut parcourir et lire ces belles pages, écrire par une plume qui sais écouter ceux qui parlent et qui portent en eux, des trésors de solution face au découragement.
Ce sont des serveur d’exemple à suivre, dans nos sociétés souvent si orphelines de vrai valeur à boutonner à nos pagne d’expérience contre tous les entreprises des renonciations liées à des handicaps majeurs.
Quand un livre se propose d’être leurs voix, il faut, n’est-ce pas, lui accordé des litres de bénédiction et s’en inspiré pour repenser notre vision du monde, ils en y accordent une place qui sied à toute nos enfants. Handicapé ou pas, bien portant ou non, ils sont tous une part de nous. Ils sont nous. Et les tenir à l’écart de nous, comme si nous avons honte de ceux qu’ils sont, rappelle notre nous déshumanisé. Merci à vous chère enfant d’avoir accepter de nous parler ; de nous rappeler nos indifférences et de nous dire vos drames. Vous nous donnez une belle leçon d’une humanité a restauré et d’une fraternité à rebâtir …
Merci à vous, héroïne et héros de se livre de nous ramener ver soundjata keita, se grand homme d’état, réunificateur de royaume, celui que l’histoire de notre continent surnommé avec fierté le « lion du manding ». La légende dit que née infirme, soundjata ces mis a marché par la seule force de sa volonté. Merci d’être pour nous des source d’inspiration et de nous rappeler à Notre devoir de fraternité.
Merci de nous réhumanisé et de nous aider à nous approcher à nouveau de notre dimension humaine.
Sa majesté owla Assemien Nogbou
Roi d’ébrah

Copyright Cabinet Hanhimanti. Tous droits réservés.
Technologie web développer par ALTERNATE SYSTEM Michaël Lurkin). Hanhimanti.com utilise le logiciel libre WP-Ultime.

L'interface de ce site est optimisé pour les ordinateurs pc/mac ainsi que pour tout les terminaux mobile.